Hongkong Oolong - 1+1 - Maurice Roucel et Alan Chan - Le Shop, by Nez

Hongkong Oolong – 1+1 – Maurice Roucel et Alan Chan

29,00 incl.VAT

Rupture de stock

(1 avis client)

Collection 1+1 – Édition limitée – Eau de parfum – 15ml

Economisez 9,90€ en achetant Hongkong Oolong + Nez#8

Nez, la revue olfactive inaugure une série de collaborations entre des parfumeurs et des personnalités d’autres univers.

Ces rencontres donneront naissance à des créations olfactives disponibles en édition limitée qui accompagneront chaque nouveau numéro. Cette collection est développée sous la direction de Jeanne Doré, rédactrice en chef de la revue Nez.

Rupture de stock

UGS : 1+1-HongKongOolong Catégorie :

Description

Maurice Roucel + Alan Chan

L’un vit à Paris, le nez dans les formules ; l’autre, à Hongkong, entouré d’objets. De leur collaboration autour du thé est née une création poétique, où la virtuosité d’un parfumeur célèbre se conjugue avec l’esthétique orientale d’un designer sensible. Le processus créatif à l’oeuvre dans la production d’Hongkong Oolong est révélée dans un cahier de 16 pages publié dans Nez#8. Il revêt une valeur documentaire à travers des entretiens avec Maurice Roucel et Alan Chan, mais aussi une portée pédagogique visant à exposer le travail même du parfumeur, son processus de création et le dialogue avec un directeur artistique atypique.

Merci à nos partenaires

Parfum : Symrise
Verre : Verescence
Pompe et capot : Aptar
Étui : Doro

1 avis pour Hongkong Oolong – 1+1 – Maurice Roucel et Alan Chan

  1. Jicky

    J’adore Maurice Roucel. C’est un des premiers parfumeurs grâce auquel j’ai compris que des personnalités, des visions, un langage pouvait se dégager d’une création olfactive. Je me suis hélas plongé à plein nez dans ma passion du parfum à l’époque où lui a moins créé de parfums marquant dirons-nous, son dernier grand fait d’arme étant pour moi le merveilleux Dans tes bras chez Frédéric Malle. J’ai suivi ses quelques créations disponibles en France au cours des années 2010, avec plaisir mais sans grande claque pour autant. Aussi j’ai été très agréablement surpris par son travail pour Hongkong Oolong.
    J’espère que Jeanne ne le prendra pas mal, mais je m’attendais à une jolie note mais sans grande révolution, pensant qu’un Roucel ne s’évertuerait à investir beaucoup de temps pour un petit projet comme celui-ci. J’ai été débile.

    Vraiment, je suis très surpris par la qualité du parfum et sa profondeur. C’est un prolongement très très net du travail de Maurice Roucel, on y sent le croisement de quelques uns de ses parfums précédents. Je pense que le plus évident est L’instant de Guerlain, avec lequel il partage une lumière ensoleillée, une radiance florale et orientale très typique du parfumeur. On pense à Tocade, lui aussi dans ce registre, dont l’aspect boule poudrée vanillée est assez typique du parfumeur. Musc Ravageur évidemment, notamment dans l’évolution de Hongkong Oolong qui laisse vraiment apparaître une overdose de muscs (bien blancs ici, moins animalisés que dans le Malle) qui enrobent un bois chaud et vanillé. ll y a même un peu de Dans Tes Bras dans la signature héliotrope.

    J’arrête ici le name dropping et le jeu des sept erreurs car Hongkong oolong n’est pas qu’un mix d’anciennes créations rouceliennes, mais bien un parfum avec une identité propre. Dans sa structure florale et orientale, il a un départ très juteux et croquant qui donne une sorte de naturalité et de “liquidité”, idéale pour introduire l’idée d’une note thé. Pamplemousse, rhubarbe, on retrouve là une signature typique des matières premières Symrise, où travaille Maurice Roucel. Le départ se fond dans les notes fruitées, florales, radieuses du magnolia, cher au parfumeur, et tout son accord thé avec lequel le magnolia partage de belles affinités. C’est un enchaînement malin, fondu et très qualitatif.
    Le fond se boise, on pense au bois de gaïac très pratique pour refléter certains aspects fumés du thé, mais aussi à des bois plus chauds, plus ronds et qui se fondent dans un aspect oriental très souple, pas gourmand mais poudré, un peu fumé juste comme il faut. Et ce gigantesque à-plat de muscs blancs qui permet à l’accord d’avoir un volume assez incroyable.

    Je dois admettre que je suis assez impressionné. J’en suis presque à penser que c’est dommage que cette note ne soit réservée qu’à un projet aussi confidentiel (même si en soi il n’est pas réservé qu’à trois boutiques dans le monde et est dispo en ligne) parce que j’ai tendance à penser que c’est un des plus jolis travaux de Maurice Roucel de ces dernières années.

    En attendant, je chérirai mon petit flacon !

Ajouter un Avis

Vous aimerez peut-être aussi…

Avec le soutien de nos grands partenaires