Ce catalogue-essai est la matérialisation de la première exposition en galerie à Paris, de l’expression plastique des odeurs dans l’histoire de l’art du début du XXe siècle à nos jours. Traversant l’œuvre d’artistes iconiques ou plus confidentiels, le biais du sacré a été envisagé comme axe primal. Lié à l’histoire de tous les médiums de l’histoire des Beaux-Arts, il est ici employé à valoriser le sens de l’olfaction, jusqu’alors boudé par la critique.

Sommaire
– Œuvre unique et odeurs auratiques
– Effluves d’une sacralisation artistique
– Les réemplois olfactifs, l’odeur comme culture
– Fragrances du corps-relique
– Les artistes

Premier ouvrage de la critique d’art, historienne de l’art et esthéticienne Sandra Barré (qui avait déjà participé à l’ouvrage collectif dirigé par Mathilde Castel Les Dispositifs olfactifs au musée), Odore, l’art, l’odeur et le sacré se veut une première pierre dans l’étude plastique de l’odeur.

Avec l’analyse des œuvres des artistes présents dans l’exposition : Marcel Duchamp et Mathieu Mercier —Joseph Beuys —hermann nitsch —ORLAN —Sarkis —Jana Sterbak —Romain Vicari —Julie C. Fortier —Quentin Derouet —Christelle Boulé —Hratch Arbach – Roman Moriceau — Boris Raux —Gwenn-Aël Lynn —Claudia Vogel —Peter de Cupere —Antoine Renard —Sarah Trouche